Une balade à vélo thérapeutique

Une balade à vélo thérapeutique

Ces derniers jours, les mauvaises nouvelles s’accumulent et ce n’est pas facile de garder le moral. Les attentats prolifèrent et nourrissent une crise déjà protéiforme : économique, sociale, climatique, politique et évidemment sanitaire.

Les hopitaux sont saturés, nous sommes à nouveau confinés, une grande partie des commerces sont fermés et pour Boussole, l’entreprise de vente de vélos de seconde-main que je viens de lancer, cela signifie l’annulation de la vente qui était prévue samedi prochain dans le 11e pour laquelle on travaille d’arrache-pied depuis deux mois avec François, le boss de la mécanique vélo de Boussole. Ce n’est qu’une vente certes, mais en attendant le développement de notre site e-commerce prévu pour janvier, les pop-ups étaient notre unique source de chiffre d’affaires.

Image for post
Image for post
Capture de l’événement facebook de la vente

Alors pour y voir plus clair, j’ai rempli une attestation et on est parti se balader dans le 17e, moi et un beau peugeot vintage bleu remis à neuf dans notre atelier !

En confinement la vie ralentit (un peu), on se permet de lever la tête et d’ouvrir les yeux. Quand le périmètre est limité, on détaille chaque immeuble, ses bords de fenêtres, ses balcons et bien sûr ses murs. Alerte et ouvert à la réception de signaux positifs, j’entame une balade dans des rues que je connais par coeur mais que je redécouvre au travers de 3 messages de street-art qui ont pris hier un sens particulier.

Comme quoi, l’œil est une fenêtre de l’esprit.

Image for post
Image for post

Au croisement de la rue de la condamine et de la rue truffaut, on me rappelle d’abord que “Mazette, la vie est une fête”.

Quel exercice difficile ! C’est presque culpabilisant que de s’imprégner de cette idée légère en décalage avec les messages graves dont on est gavés jusqu’à ne plus pouvoir réellement s’en émouvoir.

C’est assez rigolo de se le répéter en boucle “mazette, la vie est une fête”. Le mot mazette donne un côté absurde, façon Camus, qui nous délivre de l’injonction oppressante d’être positif quelles que soient les circonstances. Soyons honnête, si c’est une fête elle est vraiment pourrie en ce moment. Mais on reste, pour les potes, et parce que la fermentation de ces émotions, de ces frustrations fera l’ivresse des prochaines grandes communions humaines.

Image for post
Image for post

Sur le mur d’à côté, en lettres capitales et colorées s’étale un “CONFIANCE” qui ne me laisse pas le choix. Je l’ai pris comme une mission, à mener individuellement et collectivement. Mais comment garder confiance quand tout nous incite à la méfiance et au découragement ?

Il me semble que l’urgence est à la création :
- De nouvelles façons de vivre en se reconnectant à la terre, au vivant;
- D’un essaim de petits producteurs, agricoles et artisans, sur l’ensemble du territoire. Small is beautiful !
- D’alternatives à la production industrielle via la démocratisation de la réutilisation, de la réparation et du réemploi;

Avoir confiance, c’est se donner la liberté de créer.
Faire confiance, c’est donner la liberté de créer.

Image for post
Image for post

Quelques mètres plus loin toujours dans la rue de la condamine, je m’arrête devant ce message étonnant qui résonne à l’heure où nous sommes privés de la majorité de nos libertés.
Techniquement, respirer n’en est pas une puisque c’est la condition sine qua none du vivant. Mais je crois percevoir le fil de soie qui lie la respiration à la confiance, la confiance à la création, la création à la liberté et la liberté à la célébration de la vie.

Mazette, quelle balade thérapeutique !

Alors voilà, j’inspire, j’expire. Rien d’extraordinaire mais ca fait du bien. Je suis rentré chez moi déterminé et rempli d’énergie créatrice. “Il ne faut pas se laisser abattre” m’aurait dit mon grand-père. Hell no.

Concernant Boussole, après réflexion avec François, on s’est lancé le défi de créer notre site e-commerce en une semaine pour transformer le pop-up du 7 novembre en vente en ligne de nos 45 vélos de seconde-main, réparés, révisés, nettoyés et équipés. Il y a du boulot mais on va y arriver, j’ai confiance !

Si ca vous intéresse d’en savoir plus et d’être prévenu de la mise en ligne du site, n’hésitez pas à laisser votre email dans ce formulaire (20sec) https://airtable.com/shr78WuURGAk3q4EB


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés